mardi 30 juin 2015

Je veux vivre de Jenny Downham




Je veux vivre
Jenny Downham
Pocket Jeunesse
378 pages
Genre Drame Jeunesse

Synopsis

Tessa vient d'avoir seize ans et se sait condamnée.

Dans quelques semaines, elle mourra d'une leucémie. Partagée entre la révolte et l'angoisse, l'injustice et les aspirations propres à son âge, Tessa décide de tout connaître de la vie avant de mourir, y compris les transgressions, la célébrité... Aidée de sa meilleure amie, de ses parents qui acceptent tout, Tessa se lance alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre !

Mon avis

Carpe diem

Je l'ai lu il y un moment. C'est que maintenant que je fais ma chronique (je sais, je sais, je suis en retard). Je l'ai lu en lecture commune. Lecture commune organisée sur Livraddict, pour le challenge lire ensemble. Super challenge, je dois le dire.

Je veux vivre, c'est comme Nos étoiles contraires. Je prends ça comme exemple car tout le monde l'a lu.

Sachez que j'ai préféré Je veux vivre à Nos étoiles contraires. Je vais vous expliquer tout ça.

Je vais commencer par parler du pilier du livre : la maladie. Oui personne aime en parler mais c'est ce qui fait cette histoire. Elle ne serait pas la même sans cette grande part du livre. La maladie est très bien expliqué et très bien amené dans l'histoire.

La malade, Tessa veut vivre avant de mourir. Ce qui l'amène à faire des choses complètement nouvelles. Des fois, j'ai pensé juste à lui dire de retourner dans son lit. Mais je sais pas que ça fait d'être malade, de me savoir condamnée. Ce livre nous le montre si bien. Tessa n'a pas envie qu'on la voie comme quelqu'un qui a le droit de tout faire parce qu'elle est malade, à des moments elle voudrait juste qu'on lui dise STOP. Je l'ai trouvé très courageuse mais aussi folle.

Elle a avec sa meilleure amie une relation plus houleuse. Je pense pas que j'aurais pu être amie avec elle, moi. Ni avec Tessa après réflexion. Ses deux filles se disputent souvent. Je pense que j'éviterais les disputes dans un cas comme le leur.

J'aimerais aussi parler de l'écriture. Qui est super belle. Attention pas autant que Taherei Mafi. Très poétique et très fluide à la fois. J'ai facile pu voir les endroits dans ma tête. J'ai imaginé un superbe jardin d'après les descriptions faites. Jenny Downham a une très belle écriture.

Ce livre vous réserve des surprises et beaucoup d'émotion. Je n'ai pas tout dit dans mon avis. Il manque deux personnes qui faut absolument que vous connaissez. Un indice se sont deux garçons.

L'histoire m'a rappelé aussi ce mot CARPE DIEM. Ça m'a rappelé de vivre au jour le jour et de lâcher prise des fois. Un message bon à dire aux gens.



Si vous aussi vous l'avez préféré à Nos étoiles contraires, dites-le


Les archives d'une lectrice


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire